Métronews : « Voilà pourquoi il ne faut pas fumer du cannabis de synthèse »

DROGUE – On l’appelle « cannabis de synthèse », « K2 », « Black Mama » ou bien encore « Spice ». Cette drogue illégale, censée reproduire les effets du cannabis naturel, fait des ravages aux États-Unis, où les cas d’overdoses se multiplient depuis déjà plusieurs années. Metronews fait le point avec le Dr Laurent Karila, porte-parole de SOS Addictions, sur la situation en France.

Près d'une centaine de substances différentes de la famille des cannabinoïdes de synthèse ont été identifiées en Europe en 2014, d'après les chiffres des douanes. Photo : Kelley McCall/AP/SIPA

Près d’une centaine de substances différentes de la famille des cannabinoïdes de synthèse ont été identifiées en Europe en 2014, d’après les chiffres des douanes.
Photo : Kelley McCall/AP/SIPA

 

Une drogue low-cost que l’on se procure facilement sur le Web, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à du cannabis naturel, dont les effets sont plus puissants mais aussi beaucoup plus dévastateurs pour la santé. Aux États-Unis, les cas d’overdoses se multiplient depuis quelques années. « En France, il semble que la consommation de cannabis de synthèse reste encore marginale, mais nous manquons de chiffres pour l’affirmer », admet le Dr Laurent Karila, psychiatre addictologue et porte-parole de l’association SOS-Addictions.

Pour augmenter les effets de l’herbe, l’adolescente avait vaporisé des produits chimiques qui ne sont pas considérés comme stupéfiants, en tout cas pas pour l’instant. Ce faux-cannabis est donc « potentiellement licite » avait expliqué e Procureur d’Annecy Eric Maillaud. « Ce produit n’est pas encore interdit puisqu’il n’est pas classifié ».

Le cannabis de synthèse, lui, est bien illégal en France depuis 2009. « C’est un extrait de plante (de cannabis) fabriqué de manière artificielle, avec des effets similaires à ceux du cannabis naturel quand on le fume : euphorisant, relaxant, avec une action anxiolytique », détaille le Dr Laurent Karila. Seule l’odeur n’est clairement pas la même. Un indice pour éviter de se faire avoir !

Hypotension grave, problèmes cardiaques, perte de conscience…

es effets des cannabinoïdes de synthèse sont souvent imprévisibles, et les conséquences sur la santé peuvent être beaucoup plus graves. « Crise d’angoisse, troubles du sommeil, hypotension sévère, hallucinations, perte de conscience, dommages aux reins, problèmes cardiaques, avec parfois des palpitations plusieurs heures après la prise », détaille le vice-président de SOS Addiction. Il y a eu des décès, notamment aux États-Unis. « La plupart des produits utilisés dans le cannabis de synthèse proviennent d’Asie, puis sont expédiés en Europe », poursuit le Dr Laurent Karila.

En 2014, près d’une centaine de substances différentes de la famille des cannabinoïdes de synthèse ont été identifiées en Europe, d’après les chiffres des douanes. « Un utilisateur ne pourra jamais savoir exactement ce qu’ils absorbent », prévient le psychiatre. En cas de « bad trip », le premier réflexe est d’appeler le 15 ! Pour avoir plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’association SOS-Addictions.

Un article publié par le site Métronews.

SOS AddictionsRead all author posts