Etude : Précocité de consommation d’alcool, le rôle des parents

Newsletter-IREB

Parmi les déterminants cliniques les mieux validés du risque d’abus d’alcool et d’alcoolo-dépendance figurent :

  • la tendance à chercher des sensations fortes,
  • la résistance aux effets de l’alcool et
  • la consommation précoce d’alcool

 

Un article publié sur le blog du Docteur Philippe Arvers, membre du comité scientifique de SOS Addictions.

 

Les données

L’expérimentation précoce de l’alcool, c’est-à-dire avant 13 ans, est souvent mise en avant comme un facteur de risque. Ce comportement est en effet associé à d’autres comportements comme les ivresses, la consommation de tabac ou de drogues illicites. C’est donc comportement qu’il importe de mesurer dans le temps et d’expliquer autant que possible.

Avec le soutien de l’Ireb, le docteur Philippe Arvers a entrepris d’analyser simultanément les principales enquêtes conduites auprès des jeunes depuis une quinzaine d’années en France (données INSERM 1993 et ESPAD 1999-2003-2007).

Base ENADO93 ESPAD99 ESPAD03 ESPAD07 Total
garçon 1588 2242 2174 2308 8312
fille 1607 2134 2322 2410 8473
Total 3195 4376 4496 4718 16785

Il s’intéresse plus particulièrement à la consommation précoce, à ses facteurs associés ainsi qu’à ses facteurs de vulnérabilité.

L’analyse du docteur Arvers montre pour sa part qu’après l’expérimentation de l’alcool, la première ivresse et l’expérimentation du tabac et du cannabis surviennent au cours de l’année suivante. Ainsi, plus tôt on consomme de l’alcool, plus tôt surviendra la première ivresse et plus tôt sera fumée la première cigarette (ou le premier “joint”). L’alcoolisation précoce est corrélée avec de nombreux comportements (ce qui ne signifie pas qu’elle en soit la cause), notamment : la consommation régulière d’alcool et de cannabis et les consommations ponctuelles à risque (cinq verres et plus en une seule occasion). L’expérimentation d’autres drogues illicites et les ivresses répétées sont également associées à une alcoolisation précoce.

Facteurs de risque associés à une alcoolisation précoce
Risque
Ivresses régulières augmenté de 39%
5 verres d’alcool ou plus par occasion augmenté de 28%
Cannabis régulier augmenté de 68%
Expérimentation d’autres drogues illicites augmenté de 80%
Ivresse précoce (moins d’1 an après la première prise d’alcool multiplié par 9

Ces phénomènes sont plus fréquents chez les garçons. En revanche, la consommation précoce d’alcool n’est pas associée à la consommation quotidienne de tabac.

Source : LA LETTRE D’INFORMATION DE L’IREB – N° 38 / Janvier 2010 : Télécharger


Les conséquences

- Développement d’une alcoolodépendance

  • Ralph Hingson et al. (2006) ont montré qu’une alcoolisation avant l’âge de 14 ans augmente le risque de développer une alcoolodépendance à l’âge adulte (78%) et dans les 10 ans qui suivent la première alcoolisation (69%),
  • Ina Koning et al. (2009) fait le même constat : une consommation précoce d’alcool est associée à un risque plus élevé d’alcoolodépendance 10 ans plus tard, et le recul d’une année de consommation réduit le risque d’alcoolodépendance de 14%,
  • Deborah Dawson et al. (2008) montre que le risque de développer une dépendance à l’alcool est multiplié par 3,8 lorsque la consommation d’alcool a lieu avant l’âge de 18 ans.

- Atteintes du système nerveux central (SNC)

L’imagerie par résonance magnétique objective également l’atteinte du SNC de manière très fine, y compris chez les adolescents

  • atteinte globale,
  • Sandra Chanraud et al. (2006) montre que la perte de matière grise du cervelet et des régions frontales (perte de 20%) est d’autant plus importante que le contact avec l’alcool est précoce.
  • atteinte de la matière blanche et du corps calleux : les études de De Bellis en 2005 et Medina et al. en 2008 montrent une diminution du volume de la matière blanche au niveau du cortex préfrontal, chez des adolescents consommant de grandes quantités d’alcool.
  • Tim McQueeny et al. (2009) a fait passer une IRM à 28 adolescents de 16 à 19 ans : ceux qui avaient consommé au moins 5 (4 pour les filles) boissons alcooliques lors d’une soirée, dans les 3 mois précédents l’IRM présentent une diminution significative du volume de la matière blanche, au niveau du cortex frontal, des aires sous-corticales, du cervelet, du lobe pariétal, et du lobe temporal.

 

Ceci révèle ainsi les répercussions sur le fonctionnement cognitif : apprentissage, mémorisation et fonctions exécutives. Cela met ainsi en jeu la vie scolaire, universitaire et l’avenir professionnel des jeunes.

Le rôle central des parents

Lors de la 35e Matinée de l’IREB, Marie Choquet, directeur de recherche à l’Inserm au sein de l’unité “Santé de l’Adolescent” (U 669) et présidente du comité scientifique de l’Ireb, a présenté une revue de la littérature sur ce sujet. Celle-ci montre d’ailleurs que les études sur le rôle des parents sont assez récentes et proportionnellement plus développées en Europe qu’aux Etats-Unis où c’est le rôle des pairs qui est plus souvent étudié. Un phénomène sans doute dû au constat de la prise d’autonomie des adolescents vis-à-vis de leurs parents, à l’idée que les pairs jouent un rôle plus important à l’adolescence ou à celle selon laquelle les parents n’ont plus d’influence sur leurs adolescents. Pourtant, les études pointent l’importance des parents bien au-delà de l’âge de la majorité.

Certains articles sont présentés dans cette rubrique.

Si le rôle des parents diminue pendant l’adolescence et celui des pairs augmente, il est toujours présent même à l’université : Abar et Turrisi (2008) ont montré que plus les étudiants percevaient que leurs parents cherchaient à savoir comment ils passaient leur temps libre, moins ils passaient de temps avec d’autres étudiants consommateurs excessifs d’alcool et moins ils buvaient d’alcool. Une implication élevée des parents dans la vie de leurs enfants est associée à des relations de moindre importance entre l’influence des pairs et la consommation d’alcool (Wood et al., 2004 ; Call & Labrie, 2010).

Parents, ados et alcool – France2 – 18 Janvier 2010

SOS AddictionsRead all author posts