Cigarette électronique au zénith : six millions d’Européens ont arrêté de fumer avec elle

Les mesures du plan antitabac sur la cigarette électronique seront examinées lundi 14 septembre au Sénat. © Sipa press

 

Brexit ou pas, les bonnes nouvelles peuvent être brèves. Plus de six millions de fumeurs dans l’Union européenne ont arrêté de fumer et plus de 9 millions ont réduit leur consommation de tabac fumé avec la cigarette électronique. Telle est la principale conclusion d’une étude publiée aujourd’hui sur le site de la revue Addiction : “Electronic cigarette use in the European Union: analysis of a representative sample of 27 460 Europeans from 28 countries

C’est là un travail mené par quatre spécialistes  : Farsalinos KE , Voudris V et Poulas K (University of Patras, Greece) associés à Jacques Le Houezec (UK Centre for Tobacco and Alcohol Studies, Division of Epidemiology & Public Health, University of Nottingham ; Addiction research unit, INSERM 1178 (Mental & Public Health), Paris). Ils ont analysé les données de l’Eurobaromètre 2014 sur le tabagisme et l’utilisation de la cigarette électronique. Il ressort de ce travail que 48,5 millions d’Européens ont déjà essayé la cigarette électronique, et que  7,5 millions sont actuellement des utilisateurs. Parmi les utilisateurs actuels, 35,1% ont arrêté de fumer du tabac et 32,2% ont réduit leur consommation.

Sevrage sans précédent

Laissons parler les auteurs. « Ce sont probablement les taux de sevrage et de réduction tabagiques les plus élevés jamais observés sur une population aussi large, souligne Konstantinos Farsalinos. Les données de l’Union européenne montrent que l’utilisation de la cigarette électronique semble avoir un impact positif sur la santé publique pour deux raisons principales. D’une part les taux élevés d’arrêt et de réduction de consommation observés. D’autre part le fait que l’utilisation de la cigarette électronique est largement confinée à la population de fumeurs (actuels et anciens), et qu’elle est minimale chez les non-fumeurs. »

« Chez les non-fumeurs, nous avons observé une certaine expérimentation de la cigarette électronique, mais l’utilisation régulière est faible avec seulement 1,3% des non-fumeurs ayant déclaré utiliser une cigarette électronique contenant de la nicotine, et 0,09% ayant rapporté une utilisation quotidienne, explique Jacques Le Houezec. En pratique il n’y a pas d’utilisation actuelle ou régulière de cigarette électronique avec nicotine par les non-fumeurs ». C’est dire que la préoccupation politique quant à un possible effet passerelle vers le tabagisme ne semble en rien devoir tenir le haut du pavé.

Tabagisme post-Brexit

« Le questionnaire de l’Eurobaromètre est probablement l’un des plus détaillés en termes d’analyse de l’utilisation de la cigarette électronique au niveau de la population, soulignent les auteurs. Il fournit des informations détaillées sur la fréquence d’utilisation, différencie l’expérimentation de l’utilisation régulière et examine l’utilisation de nicotine avec la cigarette électronique. En outre, l’enquête a porté sur un large échantillon d’Européens représentatif de la population totale de l’UE. Ce type de questionnaire devrait être utilisé dans toutes les études en population. »

Eurobaromètre survivra-t-il au Brexit ? En toute hypothèse ne jamais oublier que le Royaume Uni obtient actuellement, et sans l’aide du Vieux Continent, les plus beaux résultats dans la lutte contre la tabagisme. Avec les Etats-Unis et l’Australie. Le fruit de la cigarette électronique et de la volonté politique.

Jean-Yves NAURead all author posts