Alcoolisations par « neknominations »: la Police nationale vous regarde et vous conseille

neknomination-bfmtv

C’est à peine croyable. Le 14 février dernier nous posions ici-même la question des alcoolisations massives par « neknomination » (« Neknominations : de quelles alcoolisations êtes-vous le nom ? ».

Or dès la veille la Police nationale nous répondait. Vous en doutez ? La preuve, datée, est ici – il suffit de cliquer. (Attention ! les clichés peuvent heurter). Pas The Minority Report, certes, mais presque.

Vigilance

Nous n’en sommes avertis qu’aujourd’hui et ce grâce à la vigilance du site MedscapeFrance (Stéphanie Lavaud). Que nous dit la police ? Ou plus précisément que la police dit-elle aux adolescent(e)s ? Ceci :

« Un nouveau jeu dangereux dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler débarque actuellement sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sur Facebook : « Neknomination ». »

(On appréciera que les forces de police posent comme hypothèse que, concernant Facebook, elle puisse être en avance sur les plus jeunes).

Néologisme

L’idée ? Un participant poste une vidéo sur les réseaux sociaux, engloutit un verre (ou plus) d’alcool « cul-sec » et désigne une ou plusieurs personnes afin qu’elles en fassent de même.

Cette expression est issue du néologisme formé à partir de l’expression argotique « neck your drink », qui s’utilise pour inciter un tiers à boire de l’alcool d’un trait, et du mot « nomination ». »

(On appréciera ici que les forces de police placées sous la baguette du ministre Valls pallient l’action, ingrate, de celles placées sous la férule de celle du ministre Peillon).

Caméra

« Ce phénomène prend actuellement de l’ampleur en France, et beaucoup d’entre vous pourront nous dire que ce n’est pas de boire un verre d’alcool devant une caméra qui les tuera !

Sauf que cette tendance présente un danger bien plus insidieux qui s’inscrit sur le long terme. Les défis relevés par les jeunes « nominés » deviennent bien souvent de plus en plus recherchés, mais parfois dangereux pour leur santé.

Et c’est bien là tout le problème de cette petite mode, dont les dérives peuvent être nombreuses, entraînant au passage des comas éthyliques, voire la mort. »

(Même remarque que plus haut concernant cette fois Marisol Touraine, ministre de la Santé).

Futurs employeurs

Suivent quelques conseils simples formulés de manière à capter l’attention et le civisme des plus jeunes d’entre nous (noter la référence aux épidémies, à la stupidité et à l’intelligence – la référence également à la mémoire éternelle du web et celle à peine menaçante concernant les « futurs employeurs » (une seule voie : le salariat).  La référence, enfin, aux chemins innombrables de la créativité adolescente.

« – Face aux défis de vos amis, montrez que vous êtes bien plus intelligents que ça et ne vous laissez pas influencer par une stupide épidémie.

– Pensez à votre avenir également ! Vous n’avez certes aujourd’hui que 18 ou 20 ans, mais ces vidéos, postées en public sur internet, resteront des années, voire durant toute votre vie sur le web.

Que penseraient alors dans dix ans vos futurs employeurs face à de tels contenus ?

Conservez vos talents créatifs pour de bonnes causes ! »

Parents

Les parents ne sont pas oubliés : « Si votre enfant fait face à un problème lié à l’alcool, un site dédié vous aide à trouver les mots pour lui en parler : http://portail-sante-jeunes.fr/inpes-alcool.html    ou   http://jeunes.alcool-info-service.fr/  »

A demain

PS 1 : la Police nationale (qui incite à la délation des comportements illicites sur Internet) a-t-elle organisé une surveillance des entreprises actuelles de « neknominations » françaises ? Le ministère de l’Intérieur travaille-t-il ici en liaison étroite avec ceux de la Justice, de la Santé et de l’Education nationale ?

PS 2 : quelles sont ici les opinions des membres de SOS Addictions ?

Jean-Yves NAURead all author posts