Vu sur JIM.fr : Un gaz pas si hilarant

Londres, le jeudi 30 juillet 2015 – Un jeune homme de 18 ans, qui vivait à Bexley près de Londres, est mort d’un arrêt cardiaque après avoir inhalé du protoxyde d’azote, plus connu du grand public sous le nom de gaz hilarant. L’adolescent avait également ingéré de l’alcool, une autopsie doit être pratiquée pour déterminer (si possible) les causes exactes du décès.

Vendu légalement en France et en Grande-Bretagne, depuis quelques années, cette substance qui prolifère dans les soirées étudiantes inquiète les autorités, l’inhalation de gaz hilarant pouvant entraîner des effets indésirables.  On reporte ainsi des maux de tête, des nausées, des vomissements, des crampes abdominales, des diarrhées, etc. À forte dose, sa consommation peut aussi provoquer une confusion, des problèmes d’élocution, une difficulté à coordonner ses mouvements, une faiblesse musculaire, des vertiges, des acouphènes.

Plus inquiétant, il pourrait être la cause d’une insuffisance respiratoire brutale, pouvant entraîner la mort. Six jeunes britanniques seraient ainsi décédés entre 2006 et 2012 d’une hypoxie liée à son utilisation, révélait un rapport récent de l’université de Londres.

Frédéric Haroche

SOS AddictionsRead all author posts