Mediapart : « Cannabis : pourquoi il faut légaliser »

La loi française est une des plus répressives. Pourtant, la consommation de cannabis ne cesse d’augmenter. De même que les trafics. Le temps n’est-il pas venu de dépénaliser, voire de légaliser ? Notre débat avec l’addictologue William Lowenstein et le sociologue David Weinberger.

Un article et une table ronde proposés par Mediapart et à lire ici : https://www.mediapart.fr/journal/france/211016/cannabis-pourquoi-il-faut-legaliser?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=article_offert&xtor=EPR-1013

 

Dans la campagne présidentielle, traversée de spasmes identitaires et d’obsessions sécuritaires, c’est un sujet dont on ne va beaucoup entendre parler… Le cannabis est pourtant une question de société majeure. La consommation de cette drogue, dont la vente et l’usage sont illégaux, ne cesse d’augmenter, notamment chez les plus jeunes. Plus d’un million de Français consomment du cannabis régulièrement – le chiffre est largement sous-estimé. Les trafics alimentent une économie parallèle et des réseaux mafieux. De toute évidence, la répression – la loi française est une des plus répressives d’Europe – ne marche pas. « Le système enrichit Mafia sans frontières. La mafia est la principale ANPE des quartiers », déplore notre invité William Lowenstein, médecin et président de SOS-Addictions.

Pourtant, le sujet reste interdit. Les politiques, de droite mais aussi de gauche, semblent tétanisés. Quelques-uns prennent des initiatives, mais ils restent minoritaires. Lorsqu’il était ministre, le socialiste Vincent Peillon s’y était risqué, avant de se faire taper sur les doigts. Benoît Hamon (au PS) et Nathalie Kosciuzko-Morizet veulent une évolution de la loi, ce qui leur vaut d’être taxés de« collabos » par le président de Debout la France, l’ultra-droitier Nicolas Dupont-Aignan. En 2014, la sénatrice EELV Esther Benbassa, qui vient d’organiser un colloque au Sénat, a déposé une proposition de loi allant dans le même sens. Elle a été rejetée. Le think tank Terra Nova, proche du PS, plaide lui aussi pour une légalisation encadrée.

« Un État responsable ne peut pas promouvoir le cannabis. Et en même temps, la consommation explose et on ne peut pas la gérer seulement par la répression. Entre ces deux objectifs contradictoires, il y a des solutions à trouver », déplore notre autre invité, le sociologue David Weinberger. Spécialiste des réseaux criminels liés aux drogues, il plaide pour un nouveau cadre légal. En tirant les leçons des exemples étrangers : la dépénalisation instaurée dans plusieurs pays d’Europe, la légalisation totale en Uruguay (2014) ou bien les expériences de légalisation dans plusieurs États américains (comme le Colorado ou l’État de Washington).

 

SOS AddictionsRead all author posts