Europe 1 : Cannabis, « La prohibition est une mauvaise politique », selon le président de SOS Addictions

 

Cannabis : « La prohibition est une mauvaise politique », selon le président de SOS Addictions

Le Canada est devenu mercredi le premier pays du G20 à légaliser le cannabis récréatif. Cette décision historique trouve forcément un écho en France, où l’usage du cannabis, sous n’importe quelle forme et pour n’importe quel motif, est sévèrement puni. Or, pour le docteur William Lowenstein, addictologue et président de SOS Addictions, « la prohibition est une mauvaise politique », car elle n’a jamais prouvé son efficacité sur la baisse du nombre de consommateurs.

« Trop de personnes en prison » à cause du cannabis.

« La France a l’une des législations les plus strictes. Il y a 2.000 à 3.000 personnes qui, à force de récidives de consommation, sont en prison. C’est beaucoup trop », rappelle l’addictologue au micro de Matthieu Belliard, mercredi soir sur Europe 1. « Dans notre pays, on a voulu mettre en place une ‘contraventionnalisation’ (remplacement du délit par un simple PV, ndlr), pour alléger les forces de justice et de police. C’est tellement ridicule de monter des populations les unes contre les autres, pour réguler quelque chose qui ne fait qu’enrichir ‘mafia sans frontière’ depuis 30 ans. Ça n’a été bon ni pour l’individu, ni pour notre société », juge-t-il.

« Assécher le marché mafieux ».

Dès lors, selon le docteur Lowenstein, « l’idée d’assécher le marché mafieux est tout à fait légitime. Est-ce qu’il vaut mieux donner 4 à 5 milliards à des mafieux ou à un État qui régule et s’assure de la bonne qualité des produits ? », interroge-t-il. Là est bien l’un des enjeux d’une légalisation du cannabis médical et récréatif.

Selon Christian Ben Lakhdar, économiste et spécialiste des drogues, la France est même potentiellement en train de s’asseoir sur une manne financière. « En France, on estime les recettes entre 1 et 2 milliards pour l’État en fonction du prix qui serait fixé sur le cannabis légal. Et en fonction du niveau de taxation, les recettes fiscales pourraient être énormes », note le professeur d’économie à l’université Lille 2. Et d’ajouter : « Si on légalisait le cannabis en France, on économiserait surtout de la ressource publique, qui est actuellement dédiée à la répression, principalement. Pour l’efficacité que l’on a, on peut considérer que c’est du pur gaspillage. »

Légaliser, et accentuer la prévention.

Toutefois, selon le docteur William Lowenstein, « il ne suffira pas de légaliser le cannabis pour que les choses s’arrangent. Il faut prendre le problème médicalement et socialement ». La prévention, a fortiori chez les mineurs, et l’accompagnement des consommateurs accros doivent rester des priorités. « Notre difficulté en santé publique, c’est qu’on ne choisit pas entre le noir et le blanc. On doit choisir entre le gris et le moins gris. (…) Évidemment qu’il y a un idéal : ne fumez pas de cannabis. Mais si vous fumez, commencez à le faire le plus tard possible », concède l’addictologue. Ainsi, « comment retarder les premiers usages de cannabis ? », questionne le président de SOS Addictions. « Le cannabis n’est pas une drogue qui tue, c’est une drogue qui va handicaper le développement cérébral si elle est prise à 13, 14, 15 ans, en abus. On voit des ados qui fument huit à dix joints par jour, donc comment on fait ? », explique docteur Lowenstein, qui martèle : « La prohibition ne les a pas protégés. »

SOS AddictionsRead all author posts