Le Dr Lowenstein évoque la cigarette électronique en Italie : « Pas de toxicité potentielle dans la cigarette électronique »

Pour le Dr Lowenstein : « Pas de toxicité potentielle dans la cigarette électronique »

Le pneumologue français, président de Sos Addiction, rassure les consommateurs sur la crise américaine: cela ne pourrait jamais se produire en Europe.

 

L’article original en italien ici.

 


 

 » Nous devons absolument rassurer les utilisateurs de cigarettes électroniques « . Telle est la préoccupation du médecin français William Lowenstein qui, après une table ronde au Sommet dé la vape, a accordé une importante interview au journal breton Le Télégramme. Pneumologue, spécialiste en médecine interne et président de Sos Addiction (association médicale qui s’occupe de la lutte contre la toxicomanie, Lowenstein tient à faire la lumière sur la crise des maladies à polomaires, la soi-disant Evoli, aux États-Unis. « Ce n’est pas l’instrument qui cause La mort , explique-t-il, est le liquide, une huile de cannabis. Certains États des États-Unis, qui n’ont appliqué aucune réglementation à ce sujet, se sont soudainement réfugiés dans le régime prohibitionniste . « Et il ajoute: » Mais c’est quelque chose qui ne cela ne pourrait jamais arriver en France ou en Europe ».
Parce que, explique le docteur, la France a immédiatement réglementé sévèrement le secteur de la vapotage et qu’il n’est pas possible de commercialiser des liquides sans avoir au préalable été déposé, évalué et vérifié par l’organisme de réglementation des médicaments et des aliments (Anses). . Comme c’est le cas dans toute l’Europe. Lowenstein rejette également la thèse selon laquelle il n’ya pas assez d’études scientifiques sur la cigarette électronique.  » C’est faux – dit- il – cela a été étudié pendant dix ans. Des recherches totalement fiables sont menées aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France et dans d’autres . «  Et il ajoute que l’on sait depuis longtemps que ni la nicotine ni le tabac ne sont en soi les meurtriers de la fumée traditionnelle.  » C’est la combustion du tabac – explique-t-il – qui émet du monoxyde de carbone (ce qui cause des problèmes vasculaires) et celle du papier qui génère du goudron et du benzopyrène « .  » Dans le vapotage – souligne- t – il – il n’y a pas de toxicité potentielle « .
Lowenstein insiste également sur le fait qu’après dix ans d’utilisation, il aurait été possible de déterminer si la cigarette électronique était responsable de lésions cardiovasculaires et il estime qu’au plus tard dans cinq ans, le point de vue épidémiologique sera complet.  » Mais – ajoute-t-il – nous ne pouvons pas attendre cinquante ans, avec 73 000 décès par an causés par le tabac, nous privant de cet outil de cessation « . Rappelez-vous comment 700 000 personnes ont arrêté de fumer en France grâce à la cigarette électronique et félicitons les voisins anglais  » qui l’encouragent officiellement et obtiennent d’excellents résultats en matière d’abandon du tabac « .
Les derniers mots critiques de Lowenstein s’adressent à l’Organisation mondiale de la santé, qui a publié en juillet dernier un rapport sur le tabac qui qualifiait la cigarette électronique  » indéniablement nuisible « . Entre-temps, souligne le médecin français, le rapport n’a pas été rédigé par l’OMS, mais par Bloomberg Philantrhopies, c’est-à-dire par une fondation privée. Comme en témoignent également ces articles , l’étude comportait 200 pages, dont quatre consacrées à la cigarette électronique,  » et elles n’en ont pas vraiment parlé « , ajoute Lowenstein.  » Puis – commente-t-il – dans une dernière phrase, elle est classée comme nuisible. En France, les académies de médecine, de pharmacie et de nombreux spécialistes se sont indignés de cette position incompréhensible! ».

SOS AddictionsRead all author posts