L’aventure de l’équipage sponsorisé par SOS Addictions au 4L Trophy 2015

Vivez avec nous les aventures de Sylvain Lagarde et Thomas Couteron, étudiants des Mines à Albi sponsorisés par SOS Addictions pour leur participation au 4L Trophy 2015

Leur page facebook : https://www.facebook.com/imagineminesinthesand

Voici le compte rendu écrit de leur main :

 

Mercredi 18 février

Ce matin nous avons passé les contrôle technique à 8h50,  sans problème, idem pour la paperasse administrative ! Nous devons reste sur place jusqu’à 17h30, le parc se remplit (comme vous pouvez le voir sur la photo avec l’autre équipage de l’école)
Il y a de plus en plus de monde et on commence à rencontrer des équipages venant de partout.
Demain 12h30 grand départ vers l’Espagne, on passe une nuit étape à Madrid et arrivée prévue à algeciras vendredi dans la journée.

 

B-HbXMFIcAArZ_O

Jeudi 19 février 

Il fait un soleil magnifique pour le départ du 4L trophy, la parking du village départ est rempli, le briefing pour la traversée de l’Espagne sera à 12h !
Ce matin on a fait quelques dernières vérifications sur la 4L sos addiction, elle roule bien !
La voiture est vraiment chargée,  la visibilité est limitée mais c’est aussi ça le jeu, et on est loin d’être les pires.

20150219_111253

Vendredi 20 février

Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles …

Hier après le départ, environ 100km après la frontière espagnole, une durite du circuit de refroidissement à explosé : causes de l’accident, sûrement une surchauffe dans les Pyrénées. Effets de l’accident, arrêt en catastrophe sur la bande d’arrêt d’urgence, moteur fumant et dégoulinant de liquide de refroidissement…

Il faut préciser que durant la liaison Biarritz-Algeciras, l’organisation du 4L trophy n’intervient pas en cas de problème, nous devons nous débrouiller tout seul !
On se retrouve donc quelques heures plus tard dans un garage espagnol pour réparer, ils n’ont pas de durite de rechange, ils ont donc réparé celle déjà en place avec les moyens de bord. On repart à 19h en roulant à 60-70 km/h. Nous sommes donc arrivé à Madrid à 4h30 du matin au lieu de 22h initialement prévu.

Ce matin nous partons à 9h30 pour faire les 700 km qui nous sépare d algeciras, en faisant les niveaux on découvre une fuite dans la même durite qu’hier. Retour dans un garage qui va cette fois nous changer la durite. Nous ne savons pas si la réparation va tenir mais on ne se décourage pas !

Prochaine échéance, être samedi à 11h au plus tard à algeciras pour le pointage obligatoire, croisons les doigts !

 

 

 Samedi 21 février

C’est un petit miracle ! Nous avons terminé la traversée de l’Espagne, après notre passage par un garage pour une deuxième réparation de durite, nous avons quitté Madrid à 14h30 (à peine 5h plus tard que prévu, le retard s’accumule …)

Notre trajet : Madrid – Cordoba – Malaga – Algeciras : 700 km d’autoroute un peu trop vallonné à notre goût ! Notre durite de substitution tient parfaitement, et malgré quelques frayeurs (dont un voyant de température qui s’allume suite à une grosse montée) nous arrivons sans encombre vers 2h du matin, épuisés, mais soulagé !

Nous retrouvons l’autre équipage de notre école sur le bivouac organisé sur un terrain vague ! Il y a des 4L et des tentes à perte de vue, c’est impressionnant.

Ce midi nous avons eu le briefing général et nous avons récupéré les roadbook pour le reste du voyage, la première moitié des équipages à pris le bateau cet après midi, pour nous ça sera cette nuit à 4h ! Viendra ensuite l’étape tanger – boulajoul, avec des passages par des routes enneigés et un col à 2200m.

Cette étape s’annonce compliquée, mais nous avons désormais la possibilité de faire appel à l’assistance technique, et puis nous roulerons avec l’autre équipage de l’école.

Un peu de repos et nous serons prêt à attaquer le désert marocain, en ménageant autant que possible notre petit moteur !

20150221_165443
20150221_112132
20150221_090707

 

Dimanche 22 février

1ere journée au Maroc : Ce dimanche à commence à 1h30 du matin pour aller le prendre le ferry qui fait la traversée vers le Maroc, après de longues heures d’attentes pour embarquer, passer la douane, débarquer, on se retrouve sur les routes à 7h heure locale.

Objectif de la journée : effectuer la liaison du port de tanger jusqu’à notre premier bivouac à Boulajoule dans les montagnes marocaine. 519,4 km d’autoroute et de montagne.
C’est impressionnant, il y a des 4L partout, sur la route, aux stations (on trouve en général toujours une vingtaine de 4L en train de faire le plein aux stations services) mais aussi sur la bande d’arrêt d’urgence, capot ouvert, en train de réparer avec l’aide de l’assistance mécanique.

La solidarité est le mot d’ordre du 4L trophy, aucune voiture n’est laissée seule, tout le monde s’entraide !
De notre côté les ennuis continue, avec un problème dans le circuit de refroidissement et donc l’obligation de s’arrêter régulièrement pour laisser le moteur refroidir…

Les 200 derniers km de l’étape du jour nous font passer par deux cols à 1950m et 2200m, les paysages sont magnifiques et lorsque la nuit commence à tomber, on distingue à travers la plaine un long cortège de 4L qui se dirige vers le camp.

Nous arrivons à la nuit tombé, épuisés, et affamés. Après un rapide dîner marocain, nous allons nous coucher dans ce bivouac fait de voiture et de tentes.

Demain lever 5h pour attaquer le désert, et remettre en fin d’après midi les fournitures sportives et scolaires à l’association enfant du désert.

20150222_182408

Lundi 23 février

Aujourd’hui liaison Boulajoule vers Merzouga, dans le désert, ou nous passerons trois nuits.

Ce matin réveil à 5h dans un froid absolument glacial ! Nous partons à 7h du camp, au programme : 319 km dont les 50 premiers km de pistes dans le désert.

Avant ça un nouveau col à franchir, 1900m, le paysage est extraordinaire, les montagnes se dressent face à nous pendant que nous traversons de longues plaines enneigés, le convoi du 4L trophy est en route, on en croise partout.

A la mi journée nous sommes descendu, et la chaleur arrive, ce qui nous inquiète pour notre moteur … nous faisons une pause déjeuner cassoulet dans le désert, menu parfaitement adapté à la chaleur …

Nous roulons tranquillement avec l’autre équipage de l’école, et petit à petit nous laissons derrière nous les montagnes enneigées et commençons le désert.

Plus de routes, que quelques pistes, et encore…
Malgré les indications du roadbook, personne ne va dans la même direction, il y a des 4L partout, tous le monde a sa propre interprétation du roadbook, et l’organisation doit avoir un peu de mal à gérer tout Ça !

Le bivouac d’aujourd’hui est extraordinaire, au bord des dunes. Aujourd’hui c’était aussi la soirée de remise des fournitures à l’association enfant du désert.

La plupart des équipages ont un peu fait les fous dans le désert, et les 4L ont souffert : le PC mécanique n’a jamais été autant rempli …

Ce soir ça va être plus tranquille, demain nous partons à 9h ce qui va laisser du temps pour dormir.

Au milieu du désert marocain, avec le soleil qui se couche sur les dunes, et ces 1200 4l garées en pagaille, on retrouve vraiment tout ce qu’on espérait du 4L trophy !
Demain étape d’orientation dans le désert, seulement 100km, mais vu notre performance d’aujourd’hui, , il est pas impossible qu’on en fasse 150 …

La traversée est l’occasion d’un rapide dîner, puis arrivé à algeciras on fonce en direction de Séville avec l’autre équipage, 200 km de route, on compte y passer la nuit. On finit par trouver à 1h un hôtel en bord d’autoroute, c’est pas le luxe mais on ne voulait pas plus qu’un lit et une douche !

Mardi 24/02 : première boucle autour de Merzouga

114 km entièrement sur les pistes du désert ! Le paysage était magnifique et cette fois nous avons décidé d’être plus sérieux au niveau de l’orientation. Nous avons fait une bonne journée, sans nous perdre malgré quelques hésitations. L’épreuve étant courte nous avons terminé vers 15h, nous en avons profité pour escalader la dune de sable face au camps et profiter du coucher de soleil.
Au final nous avons découvert notre classement le lendemain matin, avec seulement 3 km de plus que le roadbook nous sommes classé 154 ème,  et la voiture n’a pas trop souffert. Bon elle est quand même entièrement recouverte et remplie de poussière, mais ça c’est pas bien grave…

20150224_100259

 

Mercredi 25/02

Nous avons fait une boucle de 93km. Comme nous commencions à 11h nous avons passé la matinée au PC mecanique, pour vérifier un cardan et s’occuper de notre problème de température. Finalement nous avons changé de radiateur et nous attaqué l’étape un peu en retard.
Jusqu’à 14h il y avait une tempête de sable, on ne voyait rien et on ne nous pouvais pas ouvrir les fenêtres : c’était épique ! L’étape était très technique, avec des oued dans lesquels nous nous sommes ensablé,  et nous avons passé un moment. Nous avons terminé l’épreuve plus difficilement que la veille… la voiture à un peu souffert mais le radiateur et le cardan semble tenir. C’est la dernière soirée à Merzouga,  l’autre équipage ne passe pas la vérification châssis et ne pourra pas faire l’épreuve marathon de jeudi.

20150225_093337

 

Jeudi 26/02 : épreuve marathon, 260 km de pistes dans le désert

Dès les premiers km on comprend l’utilité du contrôle technique !
La piste est très difficile, très technique. Il y a beaucoup de cailloux et des zones sableuses, ça secoue dans tous les sens… on cogne plusieurs fois, mais rien de grave. On déjeune rapidement au milieu d’une plaine désertique.
On roule jusqu’à 17h30, et on décide de s’arrête à un bivouac improvisé avec une cinquantaine d’équipage, feu camps et conserve, l’ambiance est festive mais on se couche tôt car le lendemain on reprend la route des le lever du soleil !

 

Vendredi 27/02 

On termine l’étape marathon avec une arrivée à zagora vers 8h30 ce matin. On découvre que les vibration sur les pistes ont légèrement désserrée notre pompe à essence, ce qui a provoqué une fuite dans notre moteur…  On revisse ça rapidement et on prend la route de Ouarzazate,  puis traversée de l’Atlas avec un col à 2260m,  et on redescend sur Marrakech pour une arrivée à 16h30.
Nous installé à l’hôtel ou nous profitons de nos premiers lits et de notre première douche depuis une semaine !
Ce soir nous un peu sortir dans la ville, la soirée de clôture aura lieu samedi soir.
La voiture bien que fatiguée, tient plutôt bien le coup. Et il le faut parce que nous sommes pas rentré en France, il reste bien 1500 km de route à faire ! Pour l’instant on profite de la ville, on visite,  on découvre …

20150227_163456

 

Dimanche 01/03

Après la soirée de clôture que nous avons quitté raisonnablement à 1h30, nous sommes rentré à l’hôtel en taxi, pour 100 dirhams (200 initialement, mais tout se négocie) ensuite repos bien mérité !
Le matin nous prenons le départ à 7h, avec comme objectif un peu utopiste d’être à tanger vers 16h, pour le bateau à 17h ! 600 km de route à 80km/h ça va être chaud ! Et ça se confirme, la matin nous roulons bien, la voiture semble en pleine forme ! L’autre équipage en montée avec des pertes de puissance similaire à ce qu’on avait à l’aller,  on roule ensemble et on passe la journée à se faire dépasser par des 4L (heureusement après 10 jours on a l’habitude).
Rapidement on se rend compte que nous arriver aux environs de 16h55,  ce qui est un peu juste … jusqu’au bout on voit des équipages foncer vers le port, et finalement on passe les contrôle administratif de la douane, et on embarque vers 18h. On était large,  le bateau ne partira qu’à 19h…
La traversée est l’occasion d’un rapide dîner, puis arrivé à algeciras on fonce en direction de Séville avec l’autre équipage, 200 km de route, on compte y passer la nuit. On finit par trouver à 1h un hôtel en bord d’autoroute, c’est pas le luxe mais on ne voulait pas plus qu’un lit et une douche !

Lundi 02/03

Lever 7h 30,  et on découvre un parking rempli de 4L, on n’est pas les seul à avoir choisi cet hôtel … on reprend la route tranquillement, direction biarritz ! Tout se passe bien jusqu’à 14h environ, ou l’autre équipage à un problème qu’on connaît bien : une belle surchauffe du moteur suite à une série de montées un peu trop longues au goût de leur 4L … on s’arrête sur le côté, triangle, gilet jaune, purge du circuit de refroidissement, une bouteille en plastique et une sangle pour caler leur capot en position ouvert, et on repart doucement ! On avance vraiment pas vite et on n’a même pas entamé les Pyrénées… l’arrivée en France est prévu dans la nuit !
Nous la voiture est au top depuis qu’on a changé le radiateur, elle roule bien, ne chauffe plus trop ! Ce qui est sur c’est qu’il est plus agréable d’être dans la voiture qui attend que dans celle qui surchauffe, on avance aussi lentement mais c’est moins de stress !
L’aventure touche vraiment à sa fin, on n’est pas encore arrivé, mais on n’est pas trop inquiet, maintenant c’est juste une question de temps !
20150302_075022

SOS AddictionsRead all author posts